Categories
Non classé

Pas à pas, sur le fil de notre vie

Nous sommes tous des funambules qui tentons l’équilibre sur le fil de notre existence.


Mais cet équilibre, il faut y veiller tout au long de notre vie et surtout apprendre à le maîtriser pour avancer pas à pas vers nos objectifs.

Au départ de notre traversée, le fil est à peine plus haut que le sol, nous tomberons souvent et à chaque fois nous nous relèverons car, petits, nous sommes plus innocents et nous avons simplement envie d’atteindre nos rêves, sans nous poser davantage de questions. Nous pourrons même sauter, danser sur ce fil de la vie, nous y sommes à l’aise comme si nous étions au niveau du sol. A chaque chute, nous rebondissons.

Un jour, nos parents, nos professeurs et le monde des adultes sèmeront le doute dans nos petites têtes. Ils nous diront d’être prudents, de faire attention, de nous préserver et de faire des choix. Alors, notre fil se mettra à trembler sous nos pieds.

Nous resterons parfois sur place, nous n’oserons plus avancer, nous reculerons peut-être, et nous chuterons certainement. La peur prendra la place du courage, l’ennui de l’amusement, la tristesse de la joie, la paresse de l’ambition. L’autre bout du fil nous paraîtra très flou.

C’est à ce moment-là que nous devrons réagir et profiter de ces signes pour nous reconnecter à nous-même. Il sera judicieux d’entamer un travail afin d’identifier nos traits de personnalité et nos talents dominants, de retrouver nos envies, d’apprendre à reconnaître nos émotions et surtout à les accueillir comme guide sur le chemin de notre existence.

Une perche pourrait peut-être nous aider à entrevoir la lumière de l’horizon et nous donner envie de poursuivre notre route en la maitrisant à nouveau ?

Je propose de vous accompagner dans ces retrouvailles avec vous- mêmes, dans cette recherche palpitante de tous vos possibles.Cette démarche personnelle se fait en quelques séances de questions (test de raison d’être) au moyen d’un travail introspectif qui met en évidence les moments charnières de votre existence. En fin de parcours vous pourrez identifier vos talents dominants, vos envies et vos émotions.
Vous serez prêts à remonter sur votre fil.

Bénédicte Mayne, Coach.

« Chaque être humain possède la liberté de changer à chaque instant » – Viktor Frankl

Categories
Non classé

Partager nos émotions nous apaise.

Plus que jamais la situation du “covid 19” nous invite à vivre ensemble en bonne entente et dans le respect mutuel.

Que ce soit en couple ou en famille, cette vie quotidienne en vase clos engendre une foule d’émotions. Et dans cette situation, les tensions sont naturelles.
L’essentiel, afin de dépasser les difficultés, est de pouvoir s’exprimer. Enfants comme adultes vont devoir apprendre à identifier, exprimer et gérer leur ressenti.
Pouvoir dire “j’ai une boule dans le ventre”, “je me sens énervée ce matin”, … permet dans un premier temps d’éviter que ce sentiment grandisse dans notre corps et fasse l’effet d’une bombe prête à exploser. Cette libération du ressenti par l’expression permettra par la suite de mieux se comprendre et d’accepter la situation. Accepter que cela n’aille pas, c’est un pas essentiel vers l’apaisement.
Dans un second temps, exprimer ses émotions permet de mieux comprendre l’autre, par exemple la difficulté vécue par son enfant ou son conjoint, et de cette manière désamorcer les situations de tensions.
Car généralement, les émotions réprimées, refoulées, nous rongent et risquent de se transmettre de l’un vers l’autre. C’est comme cela qu’en une fraction de seconde, une ambiance paisible peut se transformer en chaos.

C’est le phénomène d’effet miroir : plus nous sommes proches d’une personne, plus nous pouvons ressentir ses émotions.
Par exemple, ce que l’un garde en soi, l’autre le ressentira et aura tendance à l’exprimer à la place du premier. Dans ce cas, les émotions se déversent comme un liquide de l’un vers l’autre, suivant le bon vieux principe des vases communicants.

Ce qu’il faut bien retenir: si une émotion vous irrite et vous fait réagir violemment, c’est parce que vous avez vous-même contrôlé, refoulé, nié cette même émotion précédemment.

Comment empêcher ces débordements ? En nommant vos émotions ou votre ressenti face à la situation.
Également, en s’obligeant à une pause dans la discussion, lorsque les deux parties s’emballent, n’entendent plus l’autre.

Apprendre à se connaître soi -même, à identifier et accepter ses émotions, est un atout très précieux dans nos interactions avec les autres. N’ayez jamais peur d’exprimer vos ressentis dès le début d’une conversation, pour qu’elle ne s’envenime pas. Apprivoiser ses émotions, les partager, apportera toujours un premier apaisement.

Bénédicte Mayné